En  De  Fr  

Alphabetisierung und Übersetzung für die Hadjerai

Tschad

Sprache(n)

27 langues

Sprecher

plus de 500'000

Religion

islam, christianisme, religions africaines traditionnelles

Übersetzt

de rien du tout au NT dans 4 langues

Les communautés linguistiques de la région du Guéra sont regroupées sous le nom de « Hadjeraï », c’est-à-dire « gens des montagnes ou des rochers ». Dans cette région vallonnée qui se situe presque exactement au centre du pays vivent plus de 550 000 Hadjeraï. Ils parlent 27 langues différentes. Le climat est sahélien : sec et chaud, avec une saison des pluies de juin à septembre. La plupart des villageois vivent de l’agriculture et de l’élevage. Pendant la saison des pluies, ils cultivent le mil, le sésame et l’arachide. Certains travaillent également comme maçons ou menuisiers ou dans le petit commerce.

La majorité de la population du Guéra est musulmane. Dans presque chaque communauté linguistique, on a cependant aussi recensé jusqu’à environ 5 % de chrétiens, et dans deux groupes linguistiques (les Kenga et les Guergikoil y a même environ 30 % de chrétiens. Les religions africaines traditionnelles sont également pratiquées dans tout le Guéra.

Le manque de connaissances dans les domaines de la santé et de l’agriculture a pour conséquence que périodiquement la population souffre inutilement de certaines maladies et de pénurie alimentaire. Selon la Banque Mondiale (2021), plus de 60 % de la population rurale au Tchad vivent en dessous du seuil de pauvreté, dans la région du Guéra tout particulièrement. Jusqu’ici, plus de 50 % des hommes et plus de 90 % des femmes n’ont pas eu la possibilité d’apprendre à lire et à écrire.

La traduction de la Bible

Les projets de traduction de la Bible dans le Guéra sont gérés par l’organisation locale CRCTBG (Coordination régionale des comités de traduction de la Bible au Guéra). Quatre communautés linguistiques ont déjà pu achever le Nouveau Testament dans leur langue : kenga (2012), dangaleat (2012), guergiko (2021) et migaama (2022). Elles espèrent commencer bientôt la traduction de l’Ancien Testament et s’efforcent, par diverses activités, d’encourager la population à lire le NT et à l’utiliser pour la formation de disciples.
En 2025, le Nouveau Testament devrait être publié en dadjo. La traduction chez les Bidiya (appelés jusqu’ici Burdu* dans nos publications) est actuellement en suspens, mais la Genèse sera bientôt publiée. Elle sera également traduite en mawa et saba. Chez les Mogum, trois personnes ont suivi la formation élémentaire pour les traducteurs et il y a bon espoir qu’une quatrième les rejoigne. Dès que possible, la traduction de la Genèse en mogum devrait commencer. Les Sokoro ont déjà quelques livres de l’AT et du NT et souhaitent commencer la traduction des Psaumes en janvier 2023. Des activités pour encourager l’utilisation des textes bibliques sont en cours en quelques lieux. Dans trois autres langues, des études sur les besoins sont faites. Le CRCTBG aimerait également collaborer avec quelques autres langues à l’avenir.

Alphabétisation

La Fédération des associations pour la promotion des langues locales (FAPLN) au Tchad soutient des programmes d’apprentissage de la lecture dans 15 des 27 communautés linguistiques du Guéra. Elle cible l’éducation de base des femmes et des enfants.